Gérard Bautmans vous offre régulièrement un extrait de son dernier livre intitulé « Si j’avais su tout ça à 20 ans ! », sorti en juin 2018.

Il vous fait partager ses expériences de vie qui l’ont conduit à découvrir une nouvelle façon de vivre en accord avec son for intérieur. À travers ce livre accessible à tous, cet humaniste passionné cherche à transmettre ses découvertes au plus grand nombre et faire prendre conscience qu’il est inutile de chercher le bonheur à l’extérieur mais d’aller à sa rencontre dans un endroit improbable pour beaucoup : à l’intérieur de soi-même.

AIMER SANS SE PERDRE

L’amour n’a jamais fait de mal, c’est la relation empreinte de l’ego, du mental et de la peur qui le sabote. L’amour est fluide, léger, joyeux et il dilate le cœur. Le non-amour rend malheureux, fait souffrir et dilate l’ego. La vocation de l’homme est d’aimer ; en effet, pour tout être vivant, la seule nécessité sur la Terre est l’amour.

Un auteur écrivait : « Tant que chaque enfant n’est pas notre enfant, tant que chaque homme ou femme ne sera mari et femme de tous les hommes et de toutes les femmes, tant que nous aurons dans notre vie un seul ennemi, nous ne pourrons prétendre aimer. » L’amour ne tient pas de compte, il ne s’achète pas, il est désintéressé et sans orgueil. Il se suffit à lui-même et se donne comme un sourire. Il n’y a pas de liberté sans amour, il n’y a pas d’amour sans liberté.

Chaque fois que je me compromets, que je me nie et que je me mens à moi-même, je ne me respecte pas et je ne m’aime pas. S’aimer, c’est être soi-même, authentique, en vérité. C’est la plus haute conception du respect que nous puissions avoir de nous-mêmes et des autres. En effet, l’amour de soi est la condition essentielle pour aimer les autres. Mais quelle expérience avons-nous de l’amour ?